/medias/image/9436747685bc4b6ceae7ca.jpg
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Jacques HUSSER (1976)

Portraits d'Ingénieurs

-

04/06/2018

Carrière

Mon diplôme ESEO en poche, j’ai décidé de compléter mes études par un Master à Telecom ParisTech dans le domaine de l’image et du son. C’est ainsi que j’ai été tout naturellement amené à débuter ma carrière à TDF (Télédiffusion de France) puis dans les studios de la SFP (Société Française de Production) où j’ai eu l’opportunité de connaître le basculement des contenus de l’audio et la vidéo analogiques vers le tout numérique.

Quelques temps après, j’ai eu la chance de pouvoir m’expatrier au Québec dans le cadre d’un VSNA au sein de l’université de Montréal. Alors que j’avais déjà un goût prononcé pour les langues, cette période aura beaucoup contribué à m’éveiller à l’importance de la dimension internationale que je ne quitterai plus par la suite.

Après deux superbes années canadiennes, j’ai décidé de revenir en France et ai rejoint Hewlett-Packard dans la capitale des Alpes, Grenoble, pour prendre un poste de développeur circuits intégrés au sein de la Division Réseaux. J’ai rapidement eu l’opportunité de prendre une responsabilité managériale à une époque où HP consacrait une part importante de son budget à la formation de ses cadres. Trente années plus tard, j’utilise toujours les retombées exceptionnelles liées à la qualité de ces formations.

Ayant expérimenté la vie des grandes organisations, et avec l’idée de créer ou reprendre une entreprise, j’ai rejoint une PME, ATRAL (40 pers dans le domaine de la domotique), entreprise qu’on qualifierait aujourd’hui de start-up ! J’y occupais successivement les postes de Directeur Technique, Directeur Marketing, Directeur Commercial puis Directeur Général. Entre temps l’entreprise avait recruté 600 personnes, ouvert une dizaine de filiales en Europe, pris plus de 50% de parts de marché sur le marché de la Sécurité Sans Fil et créé plusieurs marques « grand public » dont DAITEM (dédiée aux installateurs domoticiens) et DIAGRAL (présente dans tous les magasins de bricolage).
ATRAL, sera finalement acquise par le groupe HAGER en 2005, un des leaders dans le domaine du matériel électrique qui souhaitait se développer dans le Building Automation. Je me verrai confier pendant une petite décennie la responsabilité de Vice-Président en vue de réaliser l’intégration de ATRAL dans le groupe Hager et de poursuivre le développement des activités domotiques de HAGER.

Quand en 2013 mon chemin croisa celui d’un serial entrepreneur, Ludovic LEMOAN. Ce dernier avait déjà créé et revendu plusieurs entreprises et initialisé le lancement d’une start-up toulousaine, SIGFOX (www.sigfox.com), aujourd’hui considérée comme une des licornes françaises. En effet, le pari fou de SIFOX n’était autre que de devenir le premier opérateur mondial de l’internet des objets en mettant en place un réseau radio dédié qui permettrait de connecter des milliards d’objets.

Bien qu’épanoui au sein du Groupe Hager, je décidais alors de repartir dans une nouvelle aventure entrepreneuriale et rejoignais SIGFOX au poste de de Chief Operating Officer. Objectif : structurer, organiser et développer l’entreprise alors que son CEO Ludovic LEMOAN en faisait l’évangélisation au niveau mondial. De 2013 à 2016, ce seront 250 collaborateurs qui viendront grossir les rangs de SIGFOX sur tous les continents et près de 300M€ de fonds levés auprès d’acteurs renommés de la finance et de l’industrie.

Ayant gardé ma base personnelle à Grenoble, c’est suite à une nouvelle rencontre que je décidais de créer une nouvelle société, Remedee Labs (www.remedee.co) avec deux associés issus du CEA-LETI pour l’un et du Service de Santé des Armées pour l’autre. Notre nouvel objectif : développer un produit grand public révolutionnaire basé sur une technologie inédite qui permettrait à chacun de prendre très simplement sa douleur en charge, sans médicaments et sans effets secondaires !

La start-up créée en Décembre 2016 a levé 2.5M€ en Février 2017 et comptera 10 personnes à la fin de l’année. Elle est aussi lauréate du concours iLAB de la BPI qui reconnaît annuellement les 50 innovations nationales les plus prometteuses.

Ce que vous aimez dans votre job

Après avoir été un vrai « geek » dans mes jeunes années, mon goût pour le contact m’a rapidement amené vers des fonctions managériales. Je suis particulièrement intéressé par la richesse des rencontres professionnelles et par la diversité des fonctions dans les postes de Direction Générale que j’ai occupés.
Avec SIGFOX et Remedee Labs, ce sont aussi les dimensions de forte croissance et les mécanismes de financement de start-up qui sont particulièrement exaltants.
Enfin agir au niveau international, découvrir de nouveaux horizons professionnels aussi variés ainsi que développer ses compétences linguistiques aura été un des fils conducteurs de ma carrière.

Quelque chose à dire aux jeunes ESEO

Pouvoir profiter d’une formation Grande Ecole est une vraie chance apportant qualification professionnelle, ouverture et qualité de vie.
Toute filière qu’elle soit technique, d’expertise ou managériale est bonne pour peu qu’elle corresponde à l’aspiration de chacun et qu’on y trouve son équilibre.
Depuis quelques années, nous assistons à une dynamique nouvelle en France autour de l’entrepreneuriat. Le pays consacre beaucoup d’efforts autour de l’innovation et les ingénieurs ESEO sont particulièrement bien placés pour saisir cette opportunité et en tirer le meilleur parti.

Si vous vous sentez une fibre de créateur avec un projet de développement, n’hésitez pas à vous lancer et à prendre des risques. Vous serez surpris de l’énergie que vous serez capables de dégager et de transmettre autour de vous.
Avec en filigrane une maxime : voir GRAND !

Souvenirs ESEO

Bien que mon passage à l’ESEO date un peu, je garde un excellent souvenir de ces 5 années passées à Angers à l’époque. Il y avait une vraie dynamique de groupe entre les étudiants de la promotion et le sérieux de la structure et de l’enseignement n’empêchait pas le festif de s’exprimer, on n’a qu’une vie comme on dit !
Enfin, on ne peut être qu’extrêmement satisfait des progrès que l’Ecole a su réaliser et de son positionnement au sein du groupe des grandes écoles françaises d’ingénieurs. Arborer le diplôme ESEO plus de 35 années après l’avoir reçu reste une grande fierté !

440 vues Visites

J'aime

Commentaires1

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Portraits d'Ingénieurs

Maurice VENTURA (ESEO 1988)

User profile picture

Danièle PANHELLEUX

13 juin

Portraits d'Ingénieurs

Nicolas LEFEBVRE (ESEO 2010)

User profile picture

Danièle PANHELLEUX

11 mars

Portraits d'Ingénieurs

Christophe Travers (1991)

User profile picture

Danièle PANHELLEUX

21 février

eseo-alumni.com