/medias/image/9436747685bc4b6ceae7ca.jpg
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Jean-Philippe Grenet (1986)

Portraits d'Ingénieurs

-

12/12/2016

Je suis avant tout un opérationnel du terrain qui aime relever des challenges et remettre sur des rails des business ou organisations qui sont en perte de vitesse.

· Carrière
J’ai démarré ma carrière en Octobre 1987 chez Hewlett-Packard France en tant qu’ingénieur support. Je faisais partie de cette première fournée d’ingénieurs pour ce job alors qu’auparavant, HP recrutait des BAC+2. Je voulais absolument rejoindre une grande multinationale Américaine. Très vite, je me suis passionné pour les réseaux et suis devenu une espèce de gourou dans mon district ! Je partais avec mon oscilo et mon testeur de lignes chez tous nos clients qui avaient des problèmes de connexion. Cette spécialisation m’a permis de prendre le poste de responsable opération télécom pour HP France au sein de l’IT au bout de 2 ans et demi.

Très vite, j’ai été repéré pour devenir manager et en suis devenu un en 1990. De là, et après avoir initié plusieurs gros projets télécom (X.400, TCP-IP, Serveur Unix de groupe et Station X) j’ai été promu Responsable de Groupe en charge du Helpdesk et de l’ensemble de l’infrastructure PC et station de travail pour HP France.

En 1994, je suis "chassé" et décide de rejoindre une toute petite entreprise spécialisée dans les répondeurs vocaux interactifs en tant que Directeur Technique. Ces quatre années ont été extraordinaires du point de vue apprentissage du métier de « Leader », et surtout de prise de risque dans un environnement à faible budget. Malheureusement la société a périclité et j’ai décidé de rejoindre Microsoft en Mars 1998.

C’est chez Microsoft que ma carrière s'est réellement accélérée, j’ai enchainé durant les premières années plusieurs rôles de Group Manager pour être promu en 2003 directeur du support Grand Public pour EMEA. Très vite, je me suis fait une réputation de fournisseur de résultats. En 5 ans avec ma petite équipe de 50 personnes, nous avons consolidé l’ensemble du support technique sur tout EMEA, de plus de 70 sous-traitants à moins de 15. J’ai accumulé plus de 1.500.000 miles !

En 2008, on m’a proposé de reprendre le support technique pour les Grands Comptes, à l’époque où l’ « offshoring » battait son plein. J’ai ainsi « délocalisé » le support pour l’Angleterre, la France et l’Allemagne respectivement en Inde et en Roumanie. Cette transition a permis à Microsoft de réinvestir dans d’autres domaines et au final, nous avons créé plus de 2000 emplois en EMEA. En 2011, durant ma revue de performance, mon boss me dit que mon nom a été mentionné lors d’une « People Review » comme candidat potentiel pour partir au Japon afin d’y remettre de l’ordre. Le soir même, nous nous sommes décidé de partir en quinze minutes ma femme et moi !
Et de janvier 2012 à avril 2016, j'ai passé quatre ans à Tokyo, au début en tant que responsable du support pour les clients Japonais puis au bout de deux ans en tant que directeur général des services pour le Japon. C’est sur ce dernier job que j’ai appris à gérer un revenu et à me battre pour refaire décoller la machine qui perdait de l’argent tous les mois.

Enfin et depuis avril 2016, je suis basé à Redmond, au siège de Microsoft et je suis en train de construire une nouvelle organisation globale de soutien des commerciaux, TAMs, Consultants et Project managers dans leur quotidien afin de leur redonner du temps pour le passer avec nos clients.

· Ce que vous aimez dans votre job
Mon job comporte plusieurs volets et chacun d’entre eux est intéressant :
· Tout d’abord l’aspect global : j’interviens sur l’ensemble des filiales de Microsoft dans le monde
· Ensuite, il s’agit d’une création donc je peux décider de comment je vais structurer l’organisation
· La diversité des missions : ce job comporte une dimension pure opérationnelle pour laquelle l’optimisation est l’élément clef, une dimension développement de business et de génération de nouveaux flux de revenus et enfin une dimension de lobbying nécessaire pour atteindre mes objectifs.

· Pourquoi ce choix
Tout d’abord parce que prendre un job Corp est en quelque sorte obligatoire chez MS pour continuer à progresser. Ensuite parce que j’y apprends de nouvelles compétences et augmente mon réseau professionnel. Et enfin parce que j’ai la plupart des compétences et expériences afin de pouvoir réussir dans ce job.

· Avez-vous quelque chose à dire aux jeunes ingénieurs, aux étudiants ESEO
Tout d’abord, bien apprendre l’anglais ! c’est indispensable. Plus si possible : le Chinois, l’Espagnol, … Ensuite développer son réseau ; Il faut commencer à le construire dès ses études : je ne dis pas envoyer des demandes de connexions sur LinkedIn à tout ce qui bouge, mais réellement aller à la rencontre des gens, leur parler, échanger, apprendre d’eux. Enfin, apprendre à faire des présentations, à parler en public, à faire de jolis slides sans trop de texte, savoir faire des résumés succincts (ce qu’on appelle les Exec Summary).

· Souvenirs de l’ESEO, du BDE, des clubs….
Les soirées de l’ESEO ! J’étais en charge de la logistique (décoration, amélioration, optimisation de l’espace, …). En particulier, j’avais fait des escaliers afin de pouvoir passer d’une salle à l’autre sans passer par les portes mais à travers les fenêtres, organiser un gigantesque lâcher de ballons du plafond, … Et les longues nuits de nettoyages après la fête avec les copains !
Le TP sur l’expérience de Millikan où il fallait retrouver la masse de l’électron ! Pauvre Millikan, je suis sûr qu’il se retourne encore dans sa tombe !

106 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Portraits d'Ingénieurs

Kévin Waxin (2011)

User profile picture

Danièle PANHELLEUX

14 novembre

1

Portraits d'Ingénieurs

Maurice VENTURA (ESEO 1988)

User profile picture

Danièle PANHELLEUX

13 juin

Portraits d'Ingénieurs

Nicolas LEFEBVRE (ESEO 2010)

User profile picture

Danièle PANHELLEUX

11 mars